Le comité de suivi des élections présidentielles de 2015 s’est réuni ce mardi 7 avril 2015 à Lomé pour faire le point du processus électoral. Le mode de transmission des résultats, les modalités de publications via les médias et le fichier électoral ont été les sujets débattus. Les acteurs se sont enfin mis d’accord sur le fichier électoral.

Voilà qui rassure et contribue à une élection transparente et apaisée au Togo. A quelques jours de l’ouverture de la campagne, les acteurs de ce processus électoral se sont mis d’accord sur un sujet important qui fâchait. Les listes électorales vont être déclinées par bureaux de vote, ce qui permet de rassurer sur le fichier électoral définitif. Le scrutin se déroulera dans 4112 centres de votes, 8994 bureaux de vote. 3.509.258 électeurs sont retenus.

Le mode de transmission et de centralisation des résultats baptisé ‘’SUCCES’’ a fait aussi l’option d’échanges.

« La synthèse des travaux qui a été faite à donner satisfaction à l’ensemble des participants et la CENI envisage la poursuite du processus avec beaucoup plus de sérénité », selon, Taffa TABIOU président de la CENI. A cette rencontre, la CENI a présenté a travers un de ses experts les modes de transmission et de centralisation des résultats.

Les modalités de publication des résultats par les medias ont été présentées par la HAAC. Présents au Togo pour la crédibilité et la fiabilité du fichier, les experts de l’OIF et les autres experts à leur cotés ont arrêté définitivement le nombre d’électeur. « Dans le cadre de la consolidation du fichier électoral, nous nous réjouissons que l’OIF ait répondu favorablement, les résultats du travail de l’OIF a permis de rassurer les populations togolaises de manière irrévocable sur la qualité du fichier électoral, les difficultés ont été corrigées et des propositions ont été faites » a déclaré, Gilbert BAWARA ministre de l’administration territoriale, de la décentralisation et des collectivités Locales.

Présidé par la premier ministre Séléagodji AHOOMEY-ZUNU, cette énième séance a vu la participation des partis politiques, de la société civile, des partenaires du Togo.

Alex BAKOBASSO