Au menu de la deuxième journée de l’atelier national du Haut commissariat à la réconciliation et au renforcement de l’unité nationale (HCRRUN), deux panels. Le deuxième qui portait sur les différents régimes politiques et la question du mandat a sans nul doute suscité plus de débat.

Pr. Nam-TOUGLI résumant sin exposé à la Presse, mardi
Pr. Nam-TCHOUGLI résumant son exposé à la Presse, mardi

Le deuxième panel de cette deuxième journée a réveillé les questions qui fâchent. Quel régime politique au Togo, faut-il limiter le mandat présidentiel ? Mipamb Nahm-Tchougli, enseignant-chercheur à la faculté de Droit de l’Université de Lomé, a animé ce panel avec diplomatie, en évitant de donner une réponse tranchée à ces questions.

Pour l’essentiel, il s’est attelé à exposer au panel les différents régimes politiques qui existent, en relavant que celui actuellement adopté au Togo est un régime présidentiel. Ce fait donne une prérogative prépondérante au président d’où le débat autour de cette fonction.

visitez nous: http://www.hotelparcdesprinces.com/
visitez nous: http://www.hotelparcdesprinces.com/

A la question donc de savoir s’il faut limiter le mandat présidentiel au Togo, Mipamb Nahm-Tchougli dira : « je n’en sais rien. Ce que je sais, c’est qu’il faut réviser le régime politique », afin de « ramener, dit-il, la fonction dans une proportion raisonnable, moins attrayante de sorte que quand le mandat va être limité, cela ne dérange personne. »

Le régime présidentiel fait du président une clé de voûte de toutes les institutions. Source de malaise pour certains. Et, selon le conférencier, il faut plutôt se demander que faire lorsque la limitation du mandat présidentiel devient un blocage pour les autres réformes institutionnelles ?

La constitution togolaise en son état actuel ne limite pas le mandat. C’est pourquoi le conférencier du panel deux dira « la question de limitation du mandat présidentiel est une question politique. »

Cette deuxième journée aura été donc décisive pour le fond du débat sur les réformes institutionnelles et constitutionnelles. Les réflexions seront versées au rapport général des travaux et mises à la disposition de la commission à venir sur les réformes.

L’autre panel de la journée portait sur : ‘’la République de demain : capitalisation des bonnes pratiques : expériences d’ici et d’ailleurs’’. Mercredi, l’atelier se penchera entres autres sur les questions de gouvernance locale.

Ben SOULEYMAN