La Secrétaire générale de la Francophonie s’est entretenue mardi 20 février avec Macky Sall à Dakar. Préoccupée depuis l’annonce du report des élections par le président Sall, Louise Mushikiwabo a appelé ce dernier à préserver la stabilité du Sénégal.

Désavoué le 15 février par le Conseil constitutionnel du Sénégal, Macky Sall n’a toujours pas dit ses derniers mots. Lors de sa visite, la Secrétaire générale de la Francophonie l’a invité à « donner au Peuple sénégalais une visibilité sur les prochaines étapes du processus électoral. »

Selon l’OIF, le président Macky Sall compte mettre en œuvre la décision du Conseil constitutionnel. L’organisation dit insister sur la nécessité de pacifier le pays pour sa stabilité, et celle de toute la sous-région en proie à plusieurs crises politiques. Celle du Sénégal date de plusieurs années maintenant, avec les élections présidentielles au centre des manœuvres.

Début février, Louise Mushikiwabo avait appelé au respect les dispositions constitutionnelles prévues, notamment le calendrier électoral. Les premiers tours de ces élections devraient se tenir le 25 février, avant l’irruption du président Macky Sall pour arrêter le processus à la veille des campagnes. Il arguait vouloir résoudre une crise institutionnelle entre le parlement et l’institution en charge des élections.

Le pays a alors replongé dans des manifestations violentes réprimées par les forces de l’ordre, avec des morts. Les parties politiques de l’opposition et des organisations de la société civile dénoncent un coup d’état constitutionnel.

A la veille des campagnes électorales, le président Macky Sall a fait modifier la constitution de son pays, et fait adopter une loi prorogeant son mandat qui devrait se terminer le 2 février. Lors de son coup de force, Macky Sall annonçait vouloir tenir les élections le 15 décembre. Avec le désaveu du Conseil constitutionnel, de nouvelles dates doivent être fixées.