Des hommes armées non-identifiés ont menacé des enseignants dans le nord du Burkina Faso, révèle RFI. Ils ont intimé l’ordre en pleine classe aux enseignants, armes à la main, de renoncer au programme actuel et d’opter pour l’enseignement de l’islam et du coran.

C__Data_Users_DefApps_AppData_INTERNETEXPLORER_Temp_Saved Images_DSC_0468(2)
Jean-Martin Coulibaly, Ministre Burkinabè de l’éducation. Photo: Dr

Dans un contexte généralisé de menace djihadiste, cette intrusion de ces homme armées non-identifiés dans le nord du Burkina Faso crée la psychose. Ces hommes ont débarqué dans des classes avec des armes et devant les élèves et ont intimé l’ordre aux enseignants d’abandonner le programme d’éducation actuel ; leur demandant d’opter pour l’enseignement du coran et de l’islam.

La conséquence de cette intrusion, des enseignants qui prennent la clé des champs et des fonctionnaires qui désertent les villages concernés. Les autorités burkinabè ont réagit avec une présence des forces de sécurité déployés et visible sur place. Selon les mêmes informations de RFI, le ministre des enseignements primaires s’est rendu sur place.

Le Burkina Faso a déjà fait l’objet de menaces et d’attaques terroristes. Ces faits qui interviennent dans des villages frontaliers au nord-mali sont inquiétants pour le pays. En attendant une réponse adaptée à cette menace, les écoles restent fermées dans les villages visités par ces hommes armés.