L’ancien ministre de l’administration territoriale Pascale Bodjona est placé sous mandat de dépôt ce jeudi, 21 août 2014. Convoqué par le juge d’instruction, l’ancien porte-parole du gouvernement ne retournera pas chez lui. Il est accusé dans l’affaire d’escroquerie internationale.

Le juge d’instruction du dossier d’escroquerie internationale a décidé ce jeudi, 21 août 2014, de placer sous mandat de dépôt, Pascal Bodjona, accusé dans l’affaire d’escroquerie internationale par l’Emirati Abass Youssef.

L’ancien ministre togolais de l’administration territorial serait conduit en prison sur le champ. Pascal Bodjona est accusé de complicité dans cette affaire qui oppose un émirati, Abass Yousseh à un autre richissime togolais Agba Bertin (en cavale) et l’ancien PDG de Elf, Loïk Le Floch-Prigent.

Son conseil d’avocat dénonce une fois de plus un forcing. « Nous avons précisé au juge d’instruction, à M. le procureur que M. Bodjona et la défense s’en tienne à la requête qu’ils ont déposé entre leurs mains ce matin ; cela veut dire que le Juge d’instruction n’est plus compétent à connaitre cette affaire, il n’a même plus à poser quelle que question que ce soit à M. Bodjona. La seule possibilité que lui impose la loi c’est de renvoyer le dossier au Procureur général, ce qu’il a refusé de faire », a déclaré à la Presse Me. Dovi Ahlonko, avocat principal de Pascal Bodjona.

Le conseil de l’accusé aurait demandé ce jeudi matin, que le dossier soit soumis à l’appréciation de la chambre d’accusation de la Cour d’appel pour une pure et simple annulation.