Jean-Pierre Fabre, leader de l'ANC
Jean-Pierre Fabre , Président National de l'ANC / Chef de file de l'opposition togolaise
Jean-Pierre Fabre , Président National de l’ANC / Chef de file de l’opposition togolaise (Archive)

Des manifestants, suite à l’appel de la coalition des 14 sont descendus ce samedi 8 décembre dans les rues de plusieurs villes du pays, pour exiger le report des élections législatives du 20 décembre prochain. Ces manifestations interdites par le gouvernement ont provoqué des heurts entre forces de l’ordre et manifestants.

Au terme de la journée qui a connu plusieurs blessés et des morts, le chef de file de l’opposition togolaise, Jean-Pierre Fabre, a réagi ; dénonçant le comportement des forces de l’ordre et de sécurité qui selon lui « se sont déchaînées sur les populations de plusieurs villes du Togo ». Pour Jean-Pierre Fabre les manifestations ont connu une forte mobilisation notamment à Lomé, Agoè, Kpalimé Sokodé, Mango, Bafilo, Bassar, et Tchamba.

Le bilan provisoire de cette violente répression serait de 3 morts et de plusieurs blessés graves. Malgré une interdiction de manifester du ministère de l’Administration territoriale, le chef de file de l’opposition estime que « le régime RPT/UNIR se fonde sur cette interdiction pour réprimer les manifestations avec la barbarie qui le caractérise ».

L’opposant rejette les explications « scabreuses données par le gouvernement » en rapport avec les images qui ont inondé les réseaux sociaux et dit aussi ne pas comprendre le mutisme dont fait preuve la CEDEAO et la communauté internationale.

Notons que la conférence des évêques du Togo, les églises méthodiste et presbytérienne et l’association des cadres musulmans du Togo ont aussi publié des communiqués demandant un report du scrutin.

Tout en présentant ses condoléances et vœux de rétablissement aux familles des victimes, Jean-Pierre Fabre a félicité les populations pour « leur courage, leur engagement, leur détermination et leur demande de rester mobilisées ».